Le parti républicain des Etats-Unis.

« Les républicains ont choisi le parti contre le pays et le clanisme contre la République. » (Editorial –  à charge – du Monde – 16.02.2021) Cette affirmation reflète plus une conception morale qu’une analyse de la nature de ce parti. D’abord, une remarque qui n’est peut-être pas inutile malgré son évidence apparente : comme son nomLire la suite « Le parti républicain des Etats-Unis. »

Le libre-arbitre, la liberté et la limitation du mouvement

Les mesures de confinement qui restreignent le mouvement sont le plus souvent présentées comme des atteintes à la liberté. Pour aborder ce problème je rappellerai ces deux formules bien connues de Jean-Paul Sartre (1905-1980) : – « La liberté, ce n’est pas de pouvoir ce que l’on veut, mais de vouloir ce que l’on peut » –Lire la suite « Le libre-arbitre, la liberté et la limitation du mouvement »

Etat des lieux – essai sur ce que nous sommes – 16 – (La philosophie – IX – questionnement et philosophie de l’entre soi)

Aucun système philosophique, quel que soit l’angle sous lequel il aborde les problèmes de l’existence, idéaliste, matérialiste, métaphysique etc., aucun ne change quoi que ce soit dans l’existence des hommes vivant en société. Les rapports qu’établissent entre eux les hommes du 4ème siècle avant notre ère sont, toutes choses égales, identiques à ceux d’aujourd’hui. MêmeLire la suite « Etat des lieux – essai sur ce que nous sommes – 16 – (La philosophie – IX – questionnement et philosophie de l’entre soi) »

Etat des lieux – essai sur ce que nous sommes – 15 – (La philosophie – VIII – La question de l’éthique : éthique et morale – Montaigne – Spinoza : 3 –la question de la mort)

Montaigne : « Philosopher, c’est apprendre à mourir » (Livre I – 20) Spinoza : «  L’homme libre ne pense à rien moins qu’à la mort, et sa sagesse est une méditation non de la mort mais de la vie » (IV – Proposition 67) Les deux positions paraissent antagonistes, du moins jusqu’à la question du rapport entre vie etLire la suite « Etat des lieux – essai sur ce que nous sommes – 15 – (La philosophie – VIII – La question de l’éthique : éthique et morale – Montaigne – Spinoza : 3 –la question de la mort) »

Etat des lieux – essai sur ce que nous sommes – 15 – (La philosophie – VIII – La question de l’éthique : Ethique et morale – Montaigne – Spinoza : 2 – Spinoza)

Supposez un appareil capable de repérer et de vous faire voir tous les composants d’un Corps (physique, chimique, humain, peu importe) : de l’organe à la cellule en passant par les composants de la cellule, etc., et capable en même temps de mettre en évidence les relations de ces composants entre eux. Pour le faire fonctionner,Lire la suite « Etat des lieux – essai sur ce que nous sommes – 15 – (La philosophie – VIII – La question de l’éthique : Ethique et morale – Montaigne – Spinoza : 2 – Spinoza) »

Etat des lieux – essai sur ce que nous sommes – 9 – (La philosophie – II –Interpréter ou transformer le monde ?)

Je termine l’article précédent ainsi : « Quelle est l’utilité de Platon, Aristote, Montaigne, Pascal, Spinoza, Descartes, Kant, Hegel, Diderot, Schopenhauer, Nietzsche … au regard d’Auschwitz ? La tentation est grande de dire qu’ils ne servent à rien (cf. Adorno et la culture dans l’article Auschwitz) Mais ni la question ni, bien sûr, la réponse ne sont pertinentes. »Lire la suite « Etat des lieux – essai sur ce que nous sommes – 9 – (La philosophie – II –Interpréter ou transformer le monde ?) »

Jean-Sébastien Bach, Glenn Gould, Thomas Bernhard et la fugue (fin)

Le « détail » qui, de mon point de vue, ne colle pas exactement avec la fugue ce sont les modes des répétitions. D’abord celle de « pensai-je » dans du récit objectif pour lequel l’expression ne se justifie pas, notamment dans les propos rapportés d’un tiers. Ensuite celle d’informations, de précisions, dites et redites avec les mêmes mots etLire la suite « Jean-Sébastien Bach, Glenn Gould, Thomas Bernhard et la fugue (fin) »

De la nature… suite

(cf. l’article du 13 novembre 2019 : La problématique Greta Thunberg) L’ethnologue Philippe Descola intervenait ce matin (20 avril) dans Les Matins de France Culture. Il explique notamment comment la confusion nature/environnement est une création du capitalisme naissant du 18ème siècle pour qui la nature – ce qui n’est pas l’homme –  est un réservoir deLire la suite « De la nature… suite »