Intuition (suite)

Si elle avait pressenti l’effondrement du parti présidentiel, mon intuition s’était fourvoyée sur le chemin de gauche, ignorant l’importance de celui d’extrême-droite que, me dit-elle comme pour s’excuser, n’avaient soupçonnée ni les sondages, ni les journalistes ni même ceux qui s’y étaient engagés et qui en étaient les premiers surpris. Ce n’est pas une raison,Lire la suite « Intuition (suite) »

Intuition

Il est 9 h 00. Nous sommes le dimanche 19 juin 2022. Les bureaux de vote pour le second tour des élections législatives sont ouverts depuis une heure. Voici mon intuition – connaissance du troisième genre, dirait Spinoza, mon philosophe de prédilection : ce soir, la Nupes sera majoritaire. Problème : ses promesses/engagements économiques et sociaux neLire la suite « Intuition »

RN : ce qui n’a pas (assez) fonctionné

Nous le devons à V. Poutine. L’agression militaire contre l’Ukraine a modifié la représentation du chef dont le RN a besoin pour s’imposer. Si, jusqu’en février dernier, V. Poutine pouvait incarner plutôt positivement ce chef auréolé de puissance « identitaire » (la Russie mythique se relevant face à une Europe méprisante destructrice de l’âme de ses NationsLire la suite « RN : ce qui n’a pas (assez) fonctionné »

Voter

Pour quoi – et non pour qui – voter ? Un candidat n’est que l’expression d’une des strates qui nous constituent, individus et collectivité. Les arguments électoraux concernent le plus souvent des épiphénomènes ou des modalités de la gestion politique, quand bien même ils peuvent avoir des incidences importantes (impôts, retraite, santé…). Ainsi, dire queLire la suite « Voter »

L’enjeu du vote du 24 avril

Je ne parle pas ici des personnes Marine Le Pen et Emmanuel Macron mais de ce dont ils sont, plus ou moins consciemment, l’expression. Il ne s’agit donc pas de voter pour ou contre l’une ou l’autre, mais de savoir ce que disent leurs discours. Le discours d’E. Macron est celui du capitalisme dont jeLire la suite « L’enjeu du vote du 24 avril »

Et si… ?

Que se serait-il passé si les partis de gauche et d’écologie s’étaient retirés au profit de la France Insoumise ? Ils ne se sont pas retirés. Pourquoi n’y a-t-il pas eu de campagne électorale, mais une juxtaposition de monologues ? Que se serait-il passé si des débats entre les candidats avaient eu lieu ? Ils n’ont pas euLire la suite « Et si… ? »

« Vous protéger », dit-il.

Une fois encore, le discours d’E. Macron (02.03.2022) est celui de l’adulte à l’enfant.  Une fois encore – après l’invasion virale, l’invasion russe – le jeu de l’infantilisation qui distingue celui – lui – qui sait et qui peut, de ceux – nous – qui n’ont pas besoin de savoir parce qu’ils ne peuvent rien,Lire la suite « « Vous protéger », dit-il. »

E. Macron et l’Algérie

« Quand l’Elysée organise une rencontre, le 30 septembre, avec dix-huit jeunes issus des différents groupes liés à la mémoire de la guerre d’Algérie – petits-enfants de pieds-noirs, de soldats, de harkis, de militants FLN et de juifs d’Algérie –, le chef de l’Etat saisit l’occasion pour délivrer un message sans aucune ambiguïté. Une fois évoqués « lesLire la suite « E. Macron et l’Algérie »

Une gifle pour le président ?

En visite à Tain-L’Hermitage (08.06.2021), E. Macron a été frappé à la joue du plat de la main par un des spectateurs près desquels il s’approchait. Les commentaires l’interprètent généralement comme un des signes de la perte d’autorité globale (politique, enseignement, pompier, soignants…) Ma contribution au Monde Si le cri poussé par l’auteur du gesteLire la suite « Une gifle pour le président ? »

Candidatures de gauche (suite) et ailleurs.

Un autre commentaire à ma contribution (cf. article précédent) : « Parmi les 450 partis politiques qui existent en France (source CNCC 2017), il n’en est pas un qui ne sente occuper « un créneau » comme vous dites. Pas un qui ne se sente légitime à défendre ses idées (et accessoirement à essayer de capter une partie desLire la suite « Candidatures de gauche (suite) et ailleurs. »