L’instruction obligatoire à l’école

Pour lutter contre les séparatismes, en particulier le séparatisme islamiste, E. Macron a annoncé, le 2 octobre, qu’une loi prochaine n’autorisera plus l’instruction à la maison mais la rendra obligatoire à l’école, et dès trois ans.

L’idée qui sous-tend la proposition est que, si l’instruction à l’école n’empêche pas le discours séparatiste qui peut être tenu à la maison, elle doit permettre aux enfants d’acquérir les moyens de le contester.

Autrement dit, le savoir dispensé dans l’école de la République laïque est un outil de liberté en ce sens qu’il permet à l’élève (tous les enfants sans distinction assis sur les mêmes bancs) de construire son autonomie de pensée.

Proposition intéressante à soutenir, à deux conditions :

– que soit précisé ce qui conduit au séparatisme

– que soit explicitée l’idée qui sous-tend la loi

Aucune des deux conditions n’est remplie : le président a fait cette proposition en faisant comme si l’analyse du séparatisme avait été faite, comme si le rapport entre savoir, émancipation et école laïque était non seulement clairement perçu par tous mais encore l’expression de l’école réelle, autrement dit comme si l’école réelle était la même pour tous.

Confronté au problème du « terrorisme » et aux réactions politiques de droite et d’extrême-droite qu’il suscite (cf. article « attentats immigration et religion ») le président de la République a choisi de donner des gages à ces expressions politiques en s’appuyant (sans le dire) sur le principe essentiel de la laïcité (qu’il ne précise pas) pour une décision censée traiter un problème qu’elle ne peut concerner qu’à la marge, compte tenu de la réalité scolaire.

Le principe de la laïcité, fondement de la loi d’application qui sépare l’Etat des églises, est celui de la distinction essentielle entre croire et savoir : croire appartient au domaine du privé, savoir à celui du commun qui doit rassembler les enfants dans l’école publique de la République laïque. Leur confusion est à la fois un catalyseur des causes sociales, économiques et idéologiques du séparatisme et une conséquence. Un cercle vicieux.

L’idée que tous les enfants acquièrent ce savoir dans l’endroit neutre qu’est l’école républicaine (aucun des critères de sélection des enseignants de l’Education Nationale n’a de rapport avec croire) est en effet constitutive de la philosophie laïque.

Dans la réalité,  il existe des écoles privées, dont des écoles confessionnelles, subventionnées ou pas par l’Etat laïque qui n’assume donc pas une responsabilité majeure. Et la loi à venir* n’interdira pas les écoles « hors contrat ».

Cette incohérence d’application scolaire de la laïcité rend impossible une explication de la proposition de loi qui apparaît donc à la fois comme tactique et arbitraire.

De quoi alimenter l’accusation d’atteinte aux libertés de l’école privée et l’amertume du séparatisme.                                           

* Elle autorisera l’instruction à la maison pour les enfants « qui ont des problèmes de santé ». Ce sera l’objet d’un article.

2 commentaires sur « L’instruction obligatoire à l’école »

    1. L’école privée catholique (subventionnée à hauteur de 44%, le reste étant payé par les familles) reçoit dans le primaire et le secondaire environ 2 millions d’élèves. L’enseignement catholique est placé sous l’autorité de l’église, via la conférence des évêques. (Renseignements trouvés sur la page Internet de l’Enseignement catholique).
      En 1984, le ministre de l’Education Nationale Alain Savary proposa une loi visant à intégrer l’école privée dans l’école publique pour réaliser la promesse du candidat F. Mitterrand élu en mai 1981 de créer un « grand service public unifié et laïc de l’éducation nationale ». Le projet fut retiré par le président après une série de manifestations hostiles, dont la dernière réunit à Paris entre un et deux millions de personnes. Le mouvement de protestation était soutenu, par l’église, bien sûr, mais aussi par les partis de droite et d’extrême-droite, au nom de la défense de l’école « libre » et de la liberté.
      – environ 300 écoles juives
      – environ 70 écoles musulmanes

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :