Journal de vacance (14 et15 juillet 2022)

Hier 14 juillet.

Je n’ai pas regardé à la télévision le défilé militaire du 14 juillet (est-ce qu’il n’y aurait pas d’autres moyens de célébrer la fête nationale que de montrer ses muscles au pas cadencé ?) je n’ai pas regardé non plus depuis ma fenêtre le feu d’artifices tiré à côté de chez moi (je n’aime pas la joie artificielle ; en résumé pas du tout tendancieux, les gens arrivent, boum ! boum ! oh ! ah ! et ils repartent).

En revanche, j’ai regardé le deuxième match de l’équipe de France féminine, contre la Belgique. Je ne dirai pas que les Belges avaient la frite, ce serait de l’humour à la petite bière et j’aime pas me faire mousser, non, je dirai plutôt que les Françaises ont manqué du coup de reins (oh !) qui leur avait si bien réussi contre les Italiennes. Il faut dire que la défense italienne avait été pleine de trous. Les Belges, elles, les ont bouchés (les trous) et les attaquantes françaises n’ont pas réussi leurs combinaisons (s’il vous plaît !). Et puis, quand les dieux du foot (mais oui !) ne sont pas avec vous, tout arrive, même un ratage de pénalty. La poisse, quoi ! Cela dit, elles ont quand même gagné et se sont ainsi qualifiées pour les quarts de finale.

Reste à savoir ce qui se passe dans les têtes et les chevilles des joueuses quand le dithyrambe est excessif.

Aujourd’hui, 15 juillet.

Après E. Macron et B. Johnson, Joe Biden va rencontrer Mohammed Ben Salman Al Saoud, le prince héritier saoudien dont les services secrets américains assurent qu’il a organisé l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le 4 octobre 2018, au consulat saoudien d’Istanbul. Alors candidat à l’élection, J. Biden avait dit, avec beaucoup de force et d’émotion, qu’il traiterait cet état en paria.

Seulement, il y a l’invasion de l’Ukraine par la Russie et des problèmes de pétrole, entre autres.

Ce n’est pas tant la question de la réalpolitique qui est en cause que les déclarations morales faites la main sur le cœur qui contribuent à dévaloriser la parole des hommes politiques. Oui, oui, cause toujours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :