Brigades rouges

Ma contribution ;

La question centrale me semble être celle des conditions dans lesquelles la justice a été rendue dans le contexte de ces années-là. Avec, pour corollaire, celle de savoir si les extradés qui ont été jugés – par contumace : ce n’est pas une excuse mais un fait dont leur responsabilité doit être appréciée dans le contexte – comparaîtront ou non devant un tribunal. Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que la justice ne consiste pas à « rendre justice », comme on le dit un peu vite, aux victimes ou à leurs proches, mais à tenter de comprendre pour adapter la peine à l’acte commis. Autrement dit, et même si c’est une démarche difficile, il faut laisser la vengeance à la porte du tribunal. Sans quoi on retourne dans le champ de la « loi » primitive dite du talion.

Id. pour l’affaire Halimi : décider de ne pas juger les « fous », c’est prendre en compte un contexte via les expertises (soumises à un débat contradictoire) de ceux qui sont habilités à diagnostiquer la folie. Sans quoi…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :