Etre, se sentir français

« Le ministre de la justice, Eric Dupond-Moretti, a pris, mercredi 21 avril, la défense de l’avocat général ayant requis lors du procès en appel de l’attaque de policiers à Viry-Châtillon, dans l’Essonne, en 2016. Celui-ci est mis en cause par certaines voix à droite et à l’extrême droite pour des propos qu’il aurait tenus à huis clos. Pour le garde des sceaux, la phrase commentée, qui a été « extraite » d’un « réquisitoire de sept heures », a été « dénaturée ».

Thibault de Montbrial, avocat d’une policière victime et partie civile au procès, avait assuré, dimanche, au journal Le Figaro : « L’un des deux avocats généraux a conclu ses réquisitions en déclarant à l’intention des accusés qu’ils avaient selon lui de l’empathie et qu’ils constituaient à ses yeux une richesse pour le pays”. »

M. Dupond-Moretti a répondu à la polémique en défendant le magistrat, dont il a rapporté les paroles, au micro de RTL. « Voilà ce qu’il [a] dit aux accusés : Assumer ses actes et devenir un homme. Pour ce faire, il s’agira de briser la loi du silence, (…) en dialoguant, en échangeant, en parlant non pas pour propager des rumeurs ou parler seulement entre vous, mais (…) avec tous les citoyens venus d’horizons différents qui font la richesse de notre pays, dont vous êtes, ne vous en déplaise, aussi les enfants », a-t-il lu. » (Le Monde du 22.04.2021)

J’ai publié une contribution * et deux commentaires **, *** pour répondre à ceux qui font un mauvais procès au procureur, et à deux contributeurs qui se réfèrent, l’un au « souhait d’être français », l’autre à « se sentir français »

*Ceux qui s’insurgent contre le procureur savent sans doute ce qu’ils ne supportent pas et que dit effectivement le magistrat : ces jeunes criminels sont  les enfants de notre pays.

Faire dire à la phrase « … tous les citoyens venus d’horizons différents et qui font la richesse de notre pays dont vous êtes, ne vous en déplaise, aussi les enfants. » ce qu’elle ne dit pas (dans le genre : votre crime est une richesse de la France) trahit la difficulté ou l’impossibilité à admettre l’idée qui sous-tend la déclaration : nul n’est réductible au crime qu’il a commis.

Autrement dit, la question  est celle de la confusion entre  » libre-arbitre » auquel les critiques se réfèrent, et qui n’est qu’un fantasme (la pierre ne roule pas parce qu’elle l’a décidé), et « exercice de la liberté ».

Si nos réponses inadéquates, criminelles, nous engagent et nous obligent à rendre des comptes, elles  ne nous excluent pas de la société humaine dont la richesse est la diversité.

C’est ce que dit le procureur.

** »Le souhait d’être français ». Je ne sache pas qu’il soit sollicité pour quelque enfant que ce soit né de parents français. Dans votre contribution, la formule ne vise pas une simple donnée administrative mais une adhésion … à quoi exactement ? Vous laissez penser que la réponse  va de soi. La dernière guerre montre que ce n’est pas si simple : il y eut alors deux France absolument opposées dont chacune était absolument persuadée d’être la vraie France. De Voltaire ou des juges d’Abbeville qui condamnèrent le chevalier de la Barre, ou ceux de Toulouse qui condamnèrent Calas, des antidreyfusards ou de Zola qu’ils appelaient « le métèque » lesquels sont la France ? Le regard que nous portons sur les conditions dans lesquelles ont été « accueillis » les immigrés des premières générations et sur celles des enfants des générations suivantes n’est pas univoque, il nous divise profondément : lequel est celui de la  France ? 

***« Se sentir français » A quoi renvoie exactement cette expression ? Vous vous sentez français par votre contribution dont certains, qui se sentent aussi français, ne partageront pas l’esprit. Ceux qui édictèrent les lois antijuives en 1940 se sentaient français, ils avaient fait des études, obtenu des diplômes français, et ils contribuèrent à envoyer dans les fours crématoires des Français qui s’étaient sentis français au point, notamment, de combattre pour la France en 1914. « Se sentir français » n’exprime qu’une subjectivité. C’est pourquoi je dirais qu’on devient français, entre autres, par le refus de considérer « se sentir français » comme critère d’appartenance à la communauté française contemporaine.

**** Les statistiques de ma page d’accueil m’indiquent qu’il s’agit du 300ème article. Est-ce que je le remarque parce que c’est un nombre « rond » ? Mais en quoi le fait qu’il soit pair lui confère-t-il cette… rotondité… rondeur ? Je trouve qu’à voir, comme ça, 299 n’est pas vraiment carré. Il est vrai qu’on peut l’arrondir à 300… Oui, mais c’est parce qu’on a déjà défini « rond »… Et puis, les deux zéros derrière le 3 sont-ils vraiment ronds ? Voyons… Il faudrait trouver des formes rondes qui vont par paire… Donc, une paire de… de… Hum… Si quelqu’un a une idée pour m’aider à résoudre ce problème mathématico-géométrico-physico-métaphysique…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :