« Celui qui renie son créateur est un criminel »

[Telle est ] « La profession de foi rigoriste de Reda Kriket à son procès » « Au procès de la cellule d’Argenteuil, où avait été découverte une importante cache d’armes en mars 2016, le principal accusé a réfuté lundi tout projet terroriste, tout en assumant une vision très rigide de sa foi. » (A la Une du Monde – 23.03.2021)

Extraits de contributions :

« Aux oubliettes et on jette les clés. Tout le reste n’est que blabla. Ce genre d’individu ne doit jamais sortir de prison. »

« L’attitude religieuse la plus souhaitable est, à mon humble avis, l’empathie à l’égard de tous les êtres qui ne nous menacent pas (tendre l’autre joue me semble excessif) qu’il existe un créateur ou non, ce que nous ignorons. Fanatisme, intolérance, sectarisme, séidisme, ou simplement une volonté de toute puissance pour asservir les autres et cela en se revendiquant de la foi en une religion. Renier son créateur … L’espèce humaine se croit tellement au-dessus des autres espèces, que certains s’imaginent qu’ils sont les élus d’un Dieu. Ils feraient bien d’être beaucoup plus humbles et d’essayer de faire le Bien autour d’eux plutôt que d’être des agents de malheur. Malheureusement, combien pourront se dire, à la fin de leur vie, qu’elle n’a pas été inutile ou néfaste aux autres et partir fiers ? Peu, tellement sont pris dans une volonté de puissance, d’enrichissement sans borne, d’asservissement des autres ».

« Bref un délinquant multi récidiviste qui vient évoquer sa foi et Dieu, il y a comme qui dirait un oxymore…
Et hop, au gnouf tout cette petite troupe. »

Ma contribution ;

Le fond de son discours d’aliénation (alienus = qui appartient à un autre) est le même que celui des sociétés occidentales dont la loi et la morale ont été pendant des siècles déterminées par la croyance religieuse chrétienne. Dieu au-dessus du Roi qui le représente. L’islam sert aujourd’hui de vecteur à ce que j’appellerais, plutôt que « terrorisme  » (une étiquette qui n’explique rien), « crime de désespoir ». Tuer, peu importe qui, en mettant sa vie en jeu, directement ou non, sous le motif religieux a peut être un rapport avec la disparition, fin des années 80, (implosion du système soviétique, naissance d’Al-Qaïda) de l’idée même d’une alternative au système capitaliste dont les dysfonctionnement étaient rendus supportables, du moins pour une majorité, par la promesse, le rêve d’un paradis, ici-bas ou dans l’au-delà. Ces deux réponses, politique et religieuse, sont devenues obsolètes. C’est l’équation qui fonde le capitalisme (être=avoir plus) qu’il faut désormais considérer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :