« Femmes journalistes de sport, nous occupons le terrain ! »

« Dans une tribune au « Monde » cosignée par plus de 150 journalistes et étudiantes en journalisme, les six fondatrices du collectif Femmes journalistes de sport annoncent leur détermination à mettre un terme à l’infériorisation des femmes dans les rédactions sportives. » (A la Une du Monde – 22.03.2021)

Extrait : « Pas plus qu’un autre domaine, le sport n’appartient qu’aux hommes. Nous voulons être aux premières loges pour raconter, pour commenter, pour analyser, pour diriger. Nous voulons que les femmes soient mieux représentées dans les médias sportifs, plus protégées, plus valorisées. Qu’elles soient plus nombreuses aussi, parce qu’être davantage dans les rédactions permettra, en partie, d’en finir avec le sexisme. »

Quelques contributions :

« Bien vu. Prenez le rugby sur France 2 où la seule journaliste femme est cantonnée à commenter le temps qu’il fait, décrire le toss, énumérer les changements, et chasser les interviews de fin de match. De commentaire nenni, sauf lorsque ce sont les bleues qui jouent. Pourquoi ? »

« Foot, rugby et même tennis, les championnats hommes intéresseront toujours plus que les féminins. Parce qu’on a pas le temps à consacrer à tout, sans parler du manque d’intensité. Idem, la L1 fait de bien plus grosses audiences que la L2. Au tennis fort intérêt pour les hommes moins sur les femmes, hormis quelques icônes suivies parfois pour de mauvaises raisons… Forcement quand on a décrété qu’il n’y a aucune différence entre un homme et une femme, on voit ça comme une injustice. C l’homme qui confisque…. Pourquoi autant d’hommes suivent le sport à la tv, contrairement à la gente féminine ? »

 La mienne :

Le problème qui se cache derrière cette question est celui de ce que signifie la compétition. Le foot, par exemple : envoyer un petit objet dans un réceptacle et l’envoyer avec la plus grande force possible. Corollaire du but marqué : hurlements sur le stade et dans les tribunes. Des deux équipes qui sont entrées, neutres, sur le terrain, l’une, victorieuse, sera le mâle. Autrement dit, le jeu de foot est la représentation d’un autre « jeu » humain, universel et permanent. Sinon, pourquoi une telle aura planétaire ? Le seul. Les autres sports collectifs en sont des déclinaisons, avec toutes les variantes de ce « jeu ». Voyez le rugby… Nous commençons juste à accepter que le masculin ne se réduise pas au sexe. Le féminin non plus. Autrement dit, le sport est un terrain où s’exprime de manière spécifique la question du… comment dit-on ? Ah oui, le genre.     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :