Au risque de la poésie (5)

                                                     Luberon

                       J’ai quand se calment les folies du vent bleu

               Le choc mat des souliers sur les cailloux durcis de gel

                      Le crissement gaufré des pas lents sur la terre

                               Humide et froide encore de sa nuit

                        La mince résonance des plaques de calcaire

                      Sur les chemins pierreux des bories écroulées

                           

J’ai dans l’éclat lumineux de décembre

                                         Les chênaies lie de vin

                                      Les baies grenat des cades

                               Et doux aux doigts comme un sexe

                       Les cistes de velours près des ceps levés nus

                                Les tendres verts des blés d’hiver

                           Et les alignements violets des lavandes

                       Et les pins arrondis qui épousent les paumes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :