Au risque de la poésie (4)

                                                     Brassens

                      Magicien des yeux de la bouche et des mains

                         Et son sourire aussi qui chante les refrains

                      Carrés bourrus ou ronds affables ou bougons

                       Et merde et puis bon dieu sans élever le ton

                                 

La petite fille la mère la putain

                    Les hommes comme lui du boulevard du temps

                      Les voleurs de pommes les paumés du destin

                     Sont ses potes en velours la pipe entre les dents

                              

Calme passant poète des myosotis

                  Des bouquets de deux sous du miel et du goudron

                           Doux de cœur et pissant aux idéologies

                      Qui font de nous morbleu de la chair à canon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :