Au risque de la poésie (3)

                                                      Picasso

                             Le trait noir aux doigts laisse la trace

                                 Noir épais lissant  la tache rouge

                            Cœur battant  centre instable d’espace

                              Les formes esquissées fixes bougent

                    Visages aigus d’angles saillants seul un œil vert

                      Regard d’hiéroglyphe aux pommettes ouvert

                              Ventres étales sexes pétales soufflés

                     Et les coussins bleuis des longs baisers pubères

                                Cornes mufles des taureaux noirs

                                Tordus des souffrances d’Espagne

                                       Hurlant guerre Guernica

                                 Gueules noyées béant de larmes

                                 L’homme et la femme Minotaure

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :