Jean-Sébastien Bach, Glenn Gould, Thomas Bernhard et la fugue (fin)

Le « détail » qui, de mon point de vue, ne colle pas exactement avec la fugue ce sont les modes des répétitions. D’abord celle de « pensai-je » dans du récit objectif pour lequel l’expression ne se justifie pas, notamment dans les propos rapportés d’un tiers. Ensuite celle d’informations, de précisions, dites et redites avec les mêmes mots etLire la suite « Jean-Sébastien Bach, Glenn Gould, Thomas Bernhard et la fugue (fin) »