Tommy – The Who

Tommy, produit et interprété par The Who (groupe rock anglais des années 60 fondé par Roger Daltrey – chanteur, musicien – et surtout Pete Townshend, auteur, compositeur, chanteur, musicien), est considéré comme le premier opéra-rock.

Opéra : il s’agit d’une histoire racontée par le chant accompagné d’une musique orchestrale.

Rock : les voix des chanteurs (en particulier les timbres), sont différentes de celles des chanteurs classiques en ce sens que le travail sur les cordes vocales est moins élaboré. Les instruments (guitares électriques, synthétiseur, batterie…) et les rythmes sont eux aussi spécifiques de cette musique.

L’histoire est celle d’un petit garçon (Tommy) traumatisé par le meurtre, auquel il assiste, de son père, à son retour de la guerre de 1914, commis par l’amant de sa mère (dans la première version – dans une version ultérieure, c’est le père qui tue l’amant). Il perd la vue, l’ouïe et la parole, s’isole, reste insensible à toutes les tentatives de thérapies et est victime d’agression sexuelle commise par un oncle pervers. C’est le jeu du flipper (pinball) dont il devient un champion qui lui permettra de trouver la voie d’une guérison par une thérapie « interne ». Il fait des émules et acquiert un statut de gourou avant d’être rejeté par ses adeptes.

Deux versions : celle du groupe seul (1969) et celle du groupe avec le London Symphony Orchestra (1972).

Je les ai écoutées et réécoutées, et encore écoutées et réécoutées, surtout la version avec le LSO, au moment de leur parution… et je les ai mises entre parenthèses avant de les redécouvrir, tout récemment, à l’occasion d’un abonnement à un fournisseur de musique numérique. Quand je pense aux trente-trois tours, aux crissements de la pointe de lecture de l’électrophone sur le vinyle… Là, vous tapez un titre et… Ce merveilleux en vaut bien un autre.

Ma préférence pour la version orchestrale n’a pas changé  :The Who, avec le LSO,  le Chamber Choir, les chanteurs invités (Richie Havens, Merry Clayton, Maggie Bell, Rod Stewart, entre autres…), l’orchestration, la prise de son…  Je parlais de merveilleux.

L’introduction lancée par les trompettes, m’évoque celle de l’Orfeo de Monteverdi. Le premier opéra. Est-il considéré comme rock, en son temps ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :