La police et la transgression

« Un bicot comme ça, ça ne nage pas » : quatre mois de prison avec sursis requis contre un policier. Sept policiers des Hauts-de-Seine accusés, pour l’un d’injure raciste, pour les autres de violences, lors de l’interpellation d’un Egyptien en avril 2020 ont été entendus par la justice » ( A la Une du Monde – 05.11.2021)

Quelques réactions :

« Cette semaine, un flic hors service reconnu dans un train a été passé à tabac. Dans une charmante cité, des tags appellent à leur couper la tête et à violer les personnels féminins.
Le Monde n’en dit pas un mot.
Il ne s’agit pas de défendre les quelques inévitables brebis galeuses d’un corps comptant presque 150 000 fonctionnaires, mais j’apprécierais de mon journal un minimum d’équilibre dans les faits relatés…histoire de permettre une possible mise en perspective. »

Ma réponse :

Parler des agressions que vous évoquez revient à rechercher les causes de cette animosité à l’égard des forces de l’ordre, autrement dit à aborder la dimension systémique de la transgression que signifient certaines des violences policières. Rendre compte de l’agression d’un truand contre un policier – ce que fait régulièrement la presse – c’est souligner la difficulté du métier du policier. L’agression « civile », hors délinquance, signifie un problème autre et renvoie à la responsabilité du « discours général » des forces de l’ordre et de ceux qui le construisent.

« Il aurait fait la même chose en Egypte, on l’aurait retrouvé pendu dans sa cellule ou jeté dans le Nil. Il n’avait qu’à pas venir en France où la police est si méchante ! »

« Cette racaille de flics est toujours en activité, avec armes à feu et lois pour les protéger, ils vont pouvoir continuer à tabasser en toute impunité , des dangers publics. »

Ma contribution

Les forces de l’ordre sont par définition confrontées à celles qui ne le respectent pas et la violence qu’elles doivent affronter fait donc partie du « contrat ». Celle qu’elles subissent en-dehors de ce contrat – ex : un policier agressé en-dehors de son service – peut s’expliquer comme une réplique à une inversion des rôles : un policier qui pratique l’insulte n’est plus dans le respect de l’ordre mais dans sa transgression. En d’autres termes une négation de son statut. Et si cette transgression apparaît comme systémique la réplique prend alors la même dimension. Quant à l’ « argument » de la relativité (en Egypte il aurait été massacré), il n’est qu’une justification de la transgression.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :