Brèves du 15.06.2021

1 – FN/RN et « publicité »

Le Monde publie ce jour un article sur la candidate du RN en Nouvelle Aquitaine. Une femme que ne connaissent pas la grande majorité des personnes interrogées et dont les sondages indiquent qu’elle pourrait dépasser le président sortant (PS). Plusieurs contributeurs mettent en cause la légitimité de cet article au motif qu’il fait de la publicité au RN.

Ma contribution :

Je ne suis pas d’accord avec les protestations de contributeurs relatives à la place donnée au FN/RN par Le Monde, qui rend compte d’un fait : des intentions de vote essentiellement dictées par des motifs irrationnels, dont la candidate en question est elle-même l’exemple, et qui s’amplifient. Je dirais que ces protestations viennent de la même strate de peurs. Elles n’empruntent pas le même chemin électoral délétère,  mais s’expriment dans une accusation contre le journal estimé en partie responsable de cette évolution (publicité). L’irrationalité est un de nos composants et voir son expression électorale se développer est inquiétant et perturbant, au point que certains, confondant le FN/RN avec un mouvement politique, envisagent l’abstention pour un éventuel second tour où il serait présent. Le journal qui  décrit le phénomène dont l’article donne une « photographie » locale n’entre pas dans le champ de la causalité.

2 – La laïcité.

Le ministre de l’EN propose un plan sur quatre ans pour une information/formation (une journée) des personnels.

Ma contribution :

Les débats récurrents et stériles tournent sans fin autour de la question centrale savoir/croire qui sous-tend la laïcité. En principe, c’est simple : l’école de la République, laïque, est le lieu du savoir,  croire est affaire individuelle et la religion son expression sociale. Les difficultés d’application tiennent au fait que l’Etat entretient des rapports inadéquats avec l’église catholique (participation de chefs d’Etat et de ministres, en tant que tels, à des messes – ex : obsèques de J. Chirac) et qu’il existe une école privée notamment confessionnelle appelée parfois « libre », signe de confusion entre savoir/croire et enseignement. Ces deux anomalies s’expliquent par le refus de considérer la mort (objet essentiel du « croire ») comme objet de savoir… donc d’enseignement.

> J’ajoute ici que ce type de stage (j’ai expérimenté), quel qu’en soit l’objet, est le moyen officiel de contournement des problèmes par l’illusion donnée aux participants qu’on leur fournit la réponse. Des spécialistes sont formés pour en prononcer les longs et savants discours. Ce n’est pas propre à l’EN : la construction de problématiques (interdépendances des objets) n’est pas une demande spontanée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :