Veolia, Suez, Engie et le discours politique

Engie est un groupe industriel énergétique français né en 2008 d’une fusion de Gaz de France et de Suez.

Veolia est une multinationale française, chef de file mondial des services collectifs. Elle commercialise des services de gestion du cycle de l’eau, gestion et valorisation des déchets et gestion de l’énergie.

Suez est un groupe français de gestion de l’eau et des déchets. L’Etat détient 22% du capital.

Veolia voulait acheter à Engie les 32% du capital du Suez qu’il détient.

Bruno Le Maire, le ministre de l’économie, essaya de la freiner : il voulait que l’offre de Veolia soit jugée « amicale » par Suez.

C’est le Conseil d’Administration d’entreprise qui juge amicale ou hostile une telle opération de rachat (ou d’achat global = OPA).

En l’occurrence, le CA de Suez estimait hostile le rachat envisagé par Veolia, et attendait une proposition d’un autre groupe, Ardian.

Malgré l’intervention du ministre, Engie a fait voter le rachat de ses parts de Suez par Veolia, malgré le vote-contre des trois représentants de l’Etat et de celui de la CGT. Les deux représentants de la CFDT avaient dit qu’ils voteraient pour. Le ministre est intervenu auprès de Laurent Berger (patron de la CFDT)… et les deux représentants ont quitté la salle au moment du vote.

Le but de l’opération pour Veolia : absorber Suez. Pour quoi ? Pour devenir plus gros, obtenir plus de marchés et augmenter les profits.

Le corollaire est connu : un plan social (licenciements) pour améliorer la productivité et les dividendes des actionnaires.

A ce propos…

La suppression, en 2018, par E. Macron de l’ISF (impôt sur la fortune) et l’instauration de la « flat tax » (prélèvement forfaitaire de 30% sur les revenus du capital) ont eu pour conséquence de faire augmenter les revenus des 0,1% des Français les plus fortunés tandis que les dividendes versés aux actionnaires ont explosé.

La justification apportée à l’époque par E. Macron : « favoriser la croissance de notre tissu d’entreprises, stimuler l’investissement et l’innovation. ».

Résultat : les dividendes ont augmenté de plus de 60% en 2018 (de 14,3 milliards en 2017 à 23,2 milliards). La hausse se poursuit en 2019. Et cette augmentation est de plus en plus concentrée dans la population : ce sont les plus riches qui s’enrichissent le plus. (Le Monde du 10 octobre 2020)

On sait depuis près de deux siècles comment fonctionne la machine capitaliste.

Bruno Le Maire ne voulait évidemment pas en arrêter un rouage.

Seulement le ralentir, en  déplaçant une courroie.

Pour ceux qui seront directement concernés, il sera difficile, très difficile de garder les poings serrés dans les poches. Surtout dans cette période de crise.

Difficile aussi pour ceux qui pensent qu’il est possible de tenir un autre discours que celui du capitalisme/fatalité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :