L’effet pour la cause

Il y a deux jours, dans le journal de 12 h 30 de France Culture, un économiste invité pour expliquer les difficultés des petits commerces après les deux mois de confinement, ajouta l’impact du mouvement des « les gilets jaunes » dont les manifestations ont perturbé les centres-villes.

Il est remarquable qu’il n’ait pas dit ou pensé que les manifestations n’étaient pas une cause en soi, mais le produit d’un problème non résolu qui les provoquaient.

De même, lorsque les médias traitent d’une grève des transports (SNCF, RATP…) ce sont les grévistes qui sont présentés comme la cause des difficultés que rencontrent les voyageurs.

Cette façon de prendre l’effet pour la cause est un refus de la notion de processus, parce qu’au bout du bout, l’analyse invite à considérer non seulement les hommes mais le système qui les régit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :