Au risque de la poésie (2)

                                             Rimbaud*

Quatre petits en procession sur les pavés

Enfance morte au ventre mots sauveurs flottés

Rêvant mer océan vague ivre violette

Marin des latrines navré perdu tout bête

                                        

Et l’errance ardennaise

                                          La guerre rouge effroi

                                      La mort des enfants froids

                                           Paris printemps rêvé

                                              Des cerises vertes

                                           La rage la fournaise

                                        On tue au père Lachaise

                                         

Sous les ponts affamés

                                           Les loques la faim la

                                             Vermine l’au-delà

                                          Des mots pour oublier

                                         

Et l’embellie des vers

                                          Absinthe ivresse éther

                                   La pipe le cul les mots en l’air

                             Au bout des rimes illuminées l’Enfer

                                   

Et le silence obstiné du poète

                              A Charleville où l’on montre sa tête

* Arthur Rimbaud est né à Charleville. Père absent. Mère, dure, rigide, à principes. L’église, la morale bourgeoise. L’écriture fut dès l’école primaire une fenêtre ouverte sur la possibilité d’un autre monde. La poésie surtout. Fugues dans les Ardennes, à Paris. Guerre franco-prussienne de 1970. Haine de la guerre. Empathie pour les victimes, pour les Communards.  

Le bateau ivre – pour moi, l’un des sommets de la poésie (avec La chanson du Mal-Aimé de Guillaume Apollinaire, mort deux jours avant l’armistice de 1918… de la grippe « espagnole ») – fut le sésame de sa rencontre avec Verlaine. Relation homosexuelle tumultueuse terminée par un coup de revolver et l’emprisonnement de Verlaine. Fin de l’écriture à 20 ans pour une vie d’aventurier en Ethiopie, avant un rapatriement sanitaire à Marseille et la mort à 37 ans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :