Covid- 19 : stratégies et discours

« Même s’il est de plus en plus mal vécu par la population, le confinement strict et précoce est la meilleure arme contre la propagation virale, défendent, dans une tribune les médecins et autres membres de l’association Pandémia. » (Le Monde  du 11.01.2021)  

Extrait d’une intervention :

« Fondamentalement, « l’homme est loup pour l’homme » et l’histoire contemporaine nous enseigne que le vernis superficiel de la civilisation peut très vite craquer si vous poussez les gens à bout pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Les gilets jaunes étaient à 100m de l’Elysée et les trumpistes ont envahi le Capitole… »

Ma réponse :

« L’homme est un loup pour l’homme qui ne le connaît pas« , telle est la réplique exacte dans la scène 4 de la pièce Asinaria de Plaute (3ème siècle avant notre ère). Cela dit, la comparaison entre les extrémistes (racistes, suprématistes et j’en passe…) du Capitole et les GJ est un peu rapide. D’un côté l’incitation par le président lui-même, de l’autre un mouvement de contestation du président, sans leader, sans organisation, atypique, expression dramatique sinon tragique d’un malaise à la fois diffus et profond, dans lequel le racisme, le suprématisme, disons la tendance fascisante n’est pas dominante, loin s’en faut. Il est donc préférable de connaître les hommes, en particulier pour ce qui nous est essentiellement commun.

Ma contribution

« L’inquiétude qui sous-tend le discours général concerne les capacités du virus à contourner les obstacles que nous lui opposons et instille cette question sournoise : et s’il était impossible de s’en débarrasser ? En témoigne la diversité des stratégies tâtonnantes, parfois accompagnées du « il n’y a qu’à » et qui ont jusqu’à présent échoué. Nous luttons donc encore avec des mots, c’est aussi le propre de l’homme, des raisonnements que nous voulons plus malins que la malignité du virus qui n’est pas cartésien, lui, sa méthode est purement empirique, attendant que la solution apparaisse sous la forme du vaccin… si elle apparaît. L’histoire est là pour nous rappeler que les hommes sont quand même plus rusés que les virus, même si le prix à payer est lourd sans qu’on sache toujours si la balance qu’on utilise est absolument fiable. Combien de ceux qui sont morts avec le virus seraient morts sans lui ? Mais ce n’est pas une raison. Tout au plus un petit poids dans l’autre plateau. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :